Il y a 3 notes dans les Registres de l'Etat Civil.


Le critère de recherche était: [Cassin]

Note(s)
Note N° : 124
Descripteur connexe de cette note : [mariages,200]
Descripteur connexe de cette note : [Galleron,306]
Descripteur connexe de cette note : [Amier,518]
Descripteur connexe de cette note : [Bosse,673]
11-11-1799, Etat civil, E2M, N°6 N° 124- 503- 5 le 20 brumaire An 8, mariage de Trophime Galleron avec Marie Cassin ... Trophime Galleron, ménager, natif de cette commune de Saint Remy, y domicilié, fils de feu Jean-Baptiste Galleron et de feue Catherine Amier, agé de 34 ans et 4 mois, pour être né le 16-07-1765, et Marie Cassin, fille légitime de Thomas Cassin, ménager, et de Louise Bosse ... agée de 17 ans et 7 mois, pour être née dans cette même commune le 24-03-1782 .....
Note N° : 134
Descripteur connexe de cette note : [mariages,200]
Descripteur connexe de cette note : [Galleron,306]
Descripteur connexe de cette note : [Auran, Orran,390]
Descripteur connexe de cette note : [Manson,174]
27-04-1825, Etat civil, E8M, N°21 N° 134- 568- 7 Acte de mariage de Jean-Jacques Galeron avec Catherine Aurran ... sont comparus, Jean Jacques Galeron, agriculteur, agé de 25 ans, né à Saint Remy le 02-04-1800, et y domicilié, fils majeur de feu Félix Galeron, agriculteur, et de vivante Catherine Cassin, époux ... d'une part, et Catherine Aurran, agée de 24 ans 4 mois, née à Saint Remy le 19-11-1800, et y domiciliée, fille majeure de feu Charles Aurran, agriculteur, et de vivante Françoise Manson, époux ... d'autre part .... (en marge, Catherine Aurran décédée le 21-06-1880;Jean Jacques Galeron décédé le 29-07-1871)
Note N° : 371
Descripteur connexe de cette note : [décès,558]
Descripteur connexe de cette note : [Michel,366]
Descripteur connexe de cette note : [Ferry,532]
Descripteur connexe de cette note : [Révolution,299]
18-05-1794 [Archives du Palais des Papes à Avignon] N°371 Une partie du 1er bataillon des Bouches du Rhône qui se trouvait à Toulon lors de la prise de cette ville par les royalistes et les anglais au mois d'août 1793 arbora la cocarde blanche et prêta serment de fidélité à Louis XVII. Convaincus de trahison et d'avoir arboré la cocarde blanche, 22 grenadiers de ce bataillon furent condamnés à la peine de mort, par jugement du tribunal militaire de l'armée des Pyrénées Orientales du 29 floréal An 2 (18-05-1794). Trois Saint Remois figurent parmi les condamnés. Ce sont : Denis MICHEL, âgé de 40 ans, boulanger Félix FERRY, âgé de 28 ans Joseph CASSIN, âgé de 21 ans, tonnelier