Il y a 6 notes dans les archives du XVIII ème Siècle.


Le critère de recherche était: [Chapelle Notre Dame de Pitié]

Note(s)
Note N° : 48
14-05-1708, Bibliothèque d'Avignon, Ms 1732, f°410 r° N° 48- 306- 3 Visite du diocèze d'Avignon par Mgr François Maurice de Gonterij, archevêque d'Avignon Visite de la chapelle de Notre Dame de Pitié (cf texte complet)
Note N° : 98
Descripteur connexe de cette note : [Pénitents blancs,185]
Descripteur connexe de cette note : [Mignot,168]
Descripteur connexe de cette note : [Lieutard,337]
29-01-1756, Gilles à Eyragues, f°487 r° N° 98- 633- 8 Testament de Me Jean-Pierre Lieutard, notaire royal de Saint Remy ........ a été présent, Me Jean-Pierre Lieutard, aussy notaire royal de la ville de Saint Remy, originaire de ce dit lieu (Eyragues), lequel ... a éleu sa sépulture dans celle qu'il a dans la chapelle Notre Dame de Pitié de la ville de Saint Remy ... voulant ... que son corps soit porté à la sépulture par les pénitents blancs ... lègue ..... à Joseph Antoine Lieutard, son fils ainé ... cohéritier pour une moitié de feue Dlle Grace Bonnery, sa mère ..... à Dlle Marie Grace Mignot, son épouse en seconde nopces ..... héritier général et universel, Pierre Joseph Lieutard, son fils cadet .....
Note N° : 100
02-01-1717, Jacques Rouget, f°1 r° N° 100- 650- 10 Testament de Sieur Antoine Dallen ... constitué en sa personne, Sieur Antoine Dallen, bourgeois de ladite ville, lequel ... voulant estre ensevely dans la sépulture qu'il a dans la chapelle Nostre Dame de Pitié ... lègue ..... à Damoiselle Lucresse Dallen, veufve de Sieur François Perriat, sa fille légitime et naturelle et de Damoiselle Jeanne Dallen ... et confirme sa dotation à son contrat de mariage receu par Me Rouget en sa datte ..... lègue .... aux Demoiselles Phlorimonde et Marie Dallen, ses autres deux filles, aussy légitimes et naturelles et de ladite Demoiselle Jeanne Dallen ..... héritier général et universel, Me Jean Dallen, advocat en la Cour, son fils aussy légitime et naturel et de ladite Demoiselle Jeanne Dallen .....
Note N° : 352
Descripteur connexe de cette note : [Alméran d',156]
Descripteur connexe de cette note : [couvents : Trinitaires,245]
Descripteur connexe de cette note : [Hôpital,295]
Descripteur connexe de cette note : [Feautrier,298]
Descripteur connexe de cette note : [couvents : Saint Paul, observantins,237]
01-02-1706, Paul Bertrand, nf° N° 352-2639- 19 Testament de Mr Tourrel, viguier ... estably en sa personne Mr Me Honoré Tourrel d'Alméran, capitaine et viguier pour le Roy et son Altesse Monseigneur le prince de Monaco de cette ville de Saint Remy, lequel ... élisant la sépulture de son corps ... dans l'esglise collégialle et parrochialle Saint Martin de cette ville et à la tumbe que ledit Sr testateur a à la chapelle Saint Estienne qui estoit de feus Messieurs les Almérans auxquels il a succédé ou à celle qu'il a en son propre à la mesme église, s'en remetant pour ses obsèques, funérailles et oeuvres pies à ce que plaira à Dame Jeanne de Perriat, sa femme ... lègue ..... à Messieurs les doyen et chanoines du chapitre ..... à la chapelle Notre Dame de Pitié ..... à l'hospital ..... aux couvants des Révérends pères Observantins de Saint Paul et à celluy de la Sainte Trinité ..... à Dlle Jeanne Thérèse Barnéon, sa petite fille, légitime et naturelle de Me Honoré Barnéon, advocat en la Cour, habitant de la ville de Tarascon, et feu Dlle Thérèse de Tourrel, sa fille du premier lit et feu Dlle Pierre Feautrier .... à Dlle Pierre de Tourrel, sa fille légiime et naturelle et de ladite dame de Perriat ... contrat de son mariage avec Me Chabrand, advocat en la Cour, habitant en cette ville, ledit mariage receu par moy dit notaire le 06-07-1698 ..... à Dlle Sibile de Tourrel, son autre fille, aussy légitime et naturelle et de ladite dame de Perriat ..... à Me François Tourrel d'Alméran, son fils aisné, advocat en la Cour, et Sr Joseph Tourrel, ses deux fils légitimes et naturels et de ladite dame de Perriat ..... (laisse le choix de l'héritier à son épouse, tout en léguant 12000 # à l'autre) à Messire Joseph Tourrel, son frère, prestre et chanoine en l'esglise collégialle Saint Martin de cette ville ..... héritière généralle et universelle ladite Jeanne de Perriat, sa seconde femme, à la charge de rendre son dit héritage en entier avec les fruits à un de ses deux enfans masles .....
Note N° : 766
Descripteur connexe de cette note : [Germanes,172]
10-07-1791, Archives communales, D1, f°259 N°766 Délibération du conseil général du 10-07-1791 Monsieur Martin, maire, a dit : Messieurs, Le moment est venu de procéder à la nouvelle circonscription des parroisses. Il paroit important de vous consulter sur le nombre d'oratoires nationaux que vous jugerez étre nécessaire à la population de cette ville et de son territoire et dans quel endroit il conviendrait de les placer pour la plus grande comodité des fidelles. Je présume que l'administration supérieure et Monsieur l'évêque du département ne seront pas faché de recevoir les connaissances locales qui peuvent être utiles dans leur détermination. Sur laquelle proposition le conseil général, considérant que la distribution des secours spirituels intéresse essentiellement l'ordre public et que de la connaissance des convenances locales dépend le succès de l'opération qui cirsconscrive les nouvelles parroisses, a unanimement délibéré, après avoir entendu Monsieur Louis Joseph Germanes, procureur de la commune, de représenter au district que la ville de Saint Remy, par sa population et le nombre des maisons de campagne dont son territoire est couvert, exige qu'à la parroisse on joigne une succursalle qui seroit placée dans l'église des ci-devant Trinitaires, laquelle est située dans le fauxbourg Notre Dame et que pour la comodité des habitants de la campagne trois oratoires sont absolument nécessaires, que les chapelles actuellement existantes sous le nom de Saint Roch et de Saint Pierre de Romanil, dont l'une est au levant et l'autre au nord de la ville, méritent d'être conservé à cause de la nombreuse population qui les environne et qu'un troisième oratoire doit être placé dans la partie du terroir qui est au couchant, lequel n'est pas moins nécessaire que l'autre par le nombre des fidelles qui peuvent facilement s'y rendre et que les secours spirituels se trouveroient ainsi sagement distribués sur la surface du territoire qui, resseré au midi par la chaîne des montagnes, s'étend au nord, au levant et au couchant à environ une lieue. Il a encore unanimement délibéré, toujours ouï, sur ce, Mr le procureur de la commune, que le directoire et Monsieur l'évêque du département seront priés de conserver la chapelle, ditte Notre Dame de Pitié, avec ses accessoires, situé dans un des fauxbourgs de la ville, comme étant un objet de dévotion du peuple, qu'il seroit d'autant plus dangereux de lui enlever, qu'il y est plus fortement attaché. Le conseil général, indépendamment de ce motif, en trouve, qui rendent sa demande favorable, dans le peu de valeur de cette chapelle et dans la propriété et l'administration que la commune en a toujours eue aux termes même de la fondation qui l'a destinée à l'usage public.
Note N° : 767
14-09-1791, Archives communales, P6 N°767 Enregistré le 10 juin 1792. Authier En marge: Paroisse de Saint Remy conservée Louis par la grâce de Dieu et par la loi constitutionelle de l'Etat, Roi des François, à tous présents et à venir Salut. L'assembléenationale a décrété et nous voulons et ordonnons ce qui suit Décret de l'assemblée nationale du 14 septembre 1791 L'assemblée nationale, après avoir entendu son comité ecclésiastique, sur les circonscriptions nouvelles des paroisses dans le district de Tarascon, département des Bouches du Rhône, laquelle a été arrêtée par le directoire du département, sur l'avis du directoire du district et de concert avec l'évêque dudit département, et après l'examen fait par ledit comité des actes et pièces relatives audit arrêté, décrète : Que dans la ville de Saint Remy et terroir en dépendant, l'église paroissiale sous le titre de Saint Martin, ci-devant collégiale, sera conservée et desservie par un curé et quatre vicaires. L'église des ci-devant Trinitaires, située dans le fauxbourg, sera conservée comme secours ou oratoire. Le corps entier de l'église sera conservé avec la partie latérale de la sacristie, du clocher et de l'appartement y joint. Il y aura de plus dans le terroir de cette même paroisse deux oratoires, dont l'un sera placé dans l'église Saint Roch, l'autre dans l'église de Romany. L'église de Notre Dame de Pitié sera conservée telle quelle et avec ses appartenances, et le service spirituel d'usage s'y faira par le service du curé de la paroisse. Mandons et ordonnons à tous les corps administratifs et tribunaux, que les présentes, ils fassent consigner dans leurs registres, lire, publier et afficher dans leurs départements et ressorts respectifs et exécuter comme loi du royaume. En foi de quoi nous avons signé ces présentes auxquelles nous avons fait apposer le sceau de l'état. A Paris, le dix neuvième jour du mois d'octobre, l'an mil sept cens quatre vingt onze et de notre régne le dix huitième, signé Louis et plus bas M.L.P. Duport et scellée du sceau de l'état. certifié conforme à l'original, signé Duranton Conforme à l'expédition timbrée du sceau de l'état, certifié par le ministre de la justice, consignée aux registres et déposés dans les archives du département des Bouches du Rhône. A Aix le 2 mai 1792. signé Descène, secrétaire général Collationné parte inqua, conforme à l'exemplaire certifié par l'administration du département, déposé aux archives du district de Tarascon, le 2 juin 1792. Reynard