Il y a 5 notes dans les archives du XVII ème Siècle.


Le critère de recherche était: [Barres, Barresse]

Note(s)
Note N° : 519
Descripteur connexe de cette note : [Chapelle Saint Roch des Faubourgs,289]
Descripteur connexe de cette note : [Cabassud,224]
Descripteur connexe de cette note : [Nautet,308]
Descripteur connexe de cette note : [glacières,309]
Descripteur connexe de cette note : [Expilly,203]
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
Descripteur connexe de cette note : [Rouget, Rougier,161]
17-09-1696, Paul Bertrand, f°398 r° N°519 Prix fait des glacières pour Sieur Joseph Expilly contre Antoine Blain L'an mil six cens quatre vingt seize et le dix sept du mois de septambre, avant midy, par devant moy, notaire royal de la ville de Saint Remy, soubzigné et témoins bas nommés, estably en sa personne Antoine Blain, Me masson de cette ville, lequel de son gré, pour luy et les siens, a vendu, ceddé, remis, transporté avec promesse de faire avoir jouir et tenir envers tous qu'il appartiendra, à paine de tous despans domages et inthérest, à Joseph Expilly, bourgeois de cette ville, présant, stipulant et acceptant, le sol et assiette où estoit jadis la chapelle de Saint Roch, située aux faux bourgs de cette ville et cartier du Castel, contenant environ trante deux cannes, plus ou moins, confrontant du levant et bize, maison et cour de l'hoirie d'Antoine Nautet, du midy, Marie Baresse, vefve de Jacques Reboul, du couchant, le chemin de Nostre Dame de Pitié et autres confrons sy point en y a, avec ses entrées, issues, droitcs et appartenances quelconques, avec les charges et servitudes que ladite assiette pourra estre tenue, laquelle place ledit Blayn l'acquise de Messieurs du chapittre Saint Martin de cette ville par acte, rière moy, du vingt trois mars mil six cens nonante cinq ; faisant, ledit Blayn, la présante vante pour et moyenant le prix et somme de quinze livres que ledit Blayn a receues dudit Expilly tout présantemant, réellemant et comptant en escus blancs et autre monnoye après deube numération, au veu de moy, dit notaire et tesmoins, dont quitte, dans laquelle assiette ou sol ledit Blayn promet audit Expilly, stipulant de luy bastir et construire une glacière de dix huict pans de large en carré dans oeuvre et au plus haut, et le bas aura quatorze pans de large. Les murailles de laquelle glacière seront de pierre de pastouire à bon mortier à chaud et sable, auxquelles murailles ledit Blayn donnera toute l'espesseur nécessaire pour supporter la voute dont sera cy après parlé et pour la bonté de laditte glacière;à travers du dedans de laquelle glacière, sera faict une muraille de séparation de deux pans et demy d'espesseur, aussy pierre de pastouire à chaud et sable, et aura ladite glacière quatorze pans de profondeur jusques à res de terre et dessus le terrain, les murailles de ladite glacière seront eslevées de dix pans au dessoubz de la clef de la voute. Laquelle glacière sera vouttée de pierre de taille, les vousson d'un demy buget en tonne, et ledit Blayn couvrira ladite voutte avec des bards en escalier de sept à la queirade par le travers;pour la batisse et construction de laquelle glacière, ledit Blayn pourra se servir et y employer les pierres et mathériaux qui sont sur ladite assieette des restes de murailles de ladite églize qui apartient audit Blayn, comme achepteur d'icelles de Jean Lillemand. Les murailles de laquelle glacière, par le dehors et dedans, seront bien et deubemant crépies, vulgairemant dit rebouquées, laquelle glacière et tout ce qui dépend d'icelle, ledit Blayn faira le tout, bien et deubemant en père de famille et suivant l'ard, à paine de tous dépans, domages, inthérest. De plus et de pache entre les parties, que ledit Blayn pourra se servir des veilles murailles qui sont dans ladite assiette, sy elles sont bonnes, soit en y appuyant contre les murailles nouvelles qu'il faira deubemant raleusées, mesmes de faire suporter la susdite voutte qu'il faira sur les repatimans et reste desdites veilles murailles. Et tout le prix de la susdite glacière se fixe et est réglé pour et moyenant la somme de trois cens trante livres payables, scavoir, cent soixante deux livres tout présantemant, réellemant et comptant en escus blancs et autres monnoye, par ledit Blayn rettirées, au veu de moy, dit notaire, et témoins, apprès deube numération, cent vingt livres que ledit Expilly compance sur celle de deux cens quarante livres que ledit Blayn luy doibt, procédant du prix d'une maison vandue audit Blayn par Jacques Cabassud par acte de moy, dit notaire, du dix janvier nonante cinq, et par le moyen de la présante compansation, ledit Blayn ne restera plus débiteur dudit Expilly, qui est cessionnaire dudit Cabassud par acte, rière Me Rouget en sa datte, que de cent vingt livres, avec inthérest, conformémant à l'acte, pour lequel restant des sommes deubes par Blayn, aussy bien que de celles compancées, jusques à perfection du susdit ouvrage, ledit Expilly se rézerve son hipothèque, droicts et précaire qui subcisteront en leur entier. Et les soixante trois livres restantes de l'entier prix de ladite besougne, elles seront payées, ainsin que ledit Expilly les promet, ladite glacière faicte et parfaicte et receue. Comme encor est de pache, que moyenant la susdite somme de trois cens trante livres, outre les batisses susdittes, ledit Blayn faira le devant de ladite glacière, avec l'avancemant qu'il y est nécessaire, avec le brisvan d'icelle, pierre de taille. Et tous les mathériaux nécessaires pour la susdite batisse, outre et par dessus ceux qui sont sur les lieux et assiette susditte, ledit Blayn les fournira entièremant, comme encor, ledit Blayn faira mettre les portes de bois avec ses ferremans et serrures nécessaires pour fermer et claure ladicte glacière, laquelle, ledit Blayn aura faicte, parfaicte et parachevée entre icy et la fin de novambre prochain, à paine de tous dépans, domages et inthérest. Et, pour l'observation de ce dessus, lesdites parties ont obligé et submis, l'une envers l'autre, tous leurs biens meubles, immeubles présantz et advenir aux Cours des Submissions de Provence et autres nécessaires, ainsin l'ont promis, juré et renoncé à tous droicts contraires, requérant acte. Faict et publié audit Saint Remy, dans mon estude, présants Pierre Rougier, tailheur, et Joseph Nautet, habittants de ceste ville, tesmoins requis et signés avec lesdits Expilly, Blayn et moy dit nottaire. Et, apprès la publiquation du présant, avant que de signer, les parties ont convenu que ledit Blayn sera deschargé de faire les portes de bois et ferremans susdits, mais bien que ledit Sieur Expilly les faira. De plus convienent que ledit Blayn construira laditte glacière appuyée contre le reste de la muraille veille qui est du costé du levant, tirant au couchant et ledit Blayn n'a receu que lesdites cent soixante deux livres sullemant, y compris les quinze livres du prix du fonds et assiette susdite, nonobstant l'énonciation cy devant faicte et les soixante trois livres sont véritablemant deubes, confessant ledit Expilly, d'avoir esté payé dudit Blayn des douze livres de la pention quy debvoint escheoir à la Saint Michel prochain, quy ne subcistera plus que pour six livres à l'advenir. signé : Expilly, Blain, Pierre Rougier, Nautet et Bertrand, notaire
Note N° : 520
Descripteur connexe de cette note : [Chapelle Saint Roch des Faubourgs,289]
Descripteur connexe de cette note : [Nautet,308]
Descripteur connexe de cette note : [Barrel,313]
Descripteur connexe de cette note : [Dallen,162]
Descripteur connexe de cette note : [Teissier,465]
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
Descripteur connexe de cette note : [Chanterel,648]
23-03-1695, Paul Bertrand, f°128 v° N°520 Prix faict d'une nouvelle sacristie pour le Chapitre Saint Martin contre Antoine Blayn et Jean Baptiste Chanterel L'an mil six cens quatre vingt quinze et le vingt trois de mars, avant midy, par devant moy, notaire royal de la ville de Saint Remy soubzigné et témoins bas nommés, establys en leur personne Messire Guilhaume Dallen et Charles Teissier, pbretres et chanoines du vénérable chapitre de l'esglize collégialle Saint Martin de ceste ville de Saint Remy, ledit Messire Dallen l'un des Sieurs administrateurs dudit chapitre, l'un et l'autre députés par le chapitre pour la passassion du présant, par délibération capitulaire d'icelluy du (date en blanc) du courant lesquels, pour et au nom dudit chapitre, ont baillé à prix faict les réparations et besognes cy après qui sont pour la construction de la nouvelle sacristie à ladite esglize suivant les ordonances randues en visite par Monseigneur l'archevesque d'Avignon qui seront cy après enregistrées, à Antoine Blayn et Jean Baptiste Chanterel, maistres maçons de ceste ville, présants, stipulants et acceptants en la qualité solidere de l'un pour l'autre et le seul pour le tout, sans division d'action ny ordre de discution. Premièrement abatront, lesdits prix fachiers toutes les architectures qui se treuvent dans les fenestres de la chapelle soubz le tiltre Saint Charles, qui est dans ladite esglize joignant le presbitaire du costé de l'évangille et après il y sera faict un contre coeur au bas de quatre pans d'auteur d'un buget de plat et la dernière filade sera d'une demi graze d'un pan et demi de largeur et trois quarts de pan d'épaisseur si mieux ledit chapitre n'aime que l'apui desdites fenestres soit de deux pièces d'un pan d'épaisseur, le tout accompagnant ou fermant les susdits quatre pans de muraille d'une vive areste à lentour des embrazemants des susdites fenestres en dehors, les quatre pans du contre coeur comme aimeront du bas de l'embrazemant des fenestres en abattant le dedans qui se treuve à présant à ladite fenestre. Plus lesdits prix fachiers fairont un bassin piere de taille en auvalle à la forme du bénitier de Nostre Dame de Pitié pour servir de lavoir, d'un pan et demy de largeur dans oeuvre et à proportion sa longueur qu'il en fournira, fairont soubstenir dans la muraille du costé de la rue, et sur ledit bassin ils y fairont un pied d'estail d'un pan ou environ d'auteur pour y prouvoir reposer le coquemard avec une niche dans la muraille d'un pan et demy largeur percée en manière que l'eau aye son conduit dans la rue. Plus lesdits prix fachiers fermeront la porte ou arcade de l'entrée de la chapelle d'un buget de plat, lequel buget sera posé sur le plan du pavé de la chapelle acompagnant la susdite closture ou muraille d'une areste vive des embrazemants qui sont à la susdite arcade, de sorte que ceste muraille soit bien unie à celle de l'esglize du costé du maistre autel, et en dedans de ceste muraille il y sera faict une armoire de six pans ou environ largeur et de la hauteur qu'on luy dira, les montants de chasque costé seront tous de taille, et seront unis et liés avec la muraille de séparation d'un buget de plat par des pièces de pierre de taille de quatre pans largeur posées une filade une l'autre non, le bas de l'armoire sera d'un buget de plat posé de sa largeur de deux pans et demy pour servir de massif, et le haut de l'armoire sera fermé par une plate bande ... en archet en cinq ou sept pièces d'un queiron ou demy buget s'il ny a pas asses d'autheur pour y placer le queiron, avec un battan pour les portes d'un tiers de pan de largeur et profondeur et en bas faira un massif de la hauteur qu'on treuvera à propos. Plus, ils fairont une porte de quatre pans largeur dans oeuvre et de huict pans et demy hauteur, avec les battans en dedans et dehors de la susdite chapelle, d'un tiers de pan de largeur et profondeur dans l'épaisseur de la muraille qui la sépare avec la sacristie de présant le bas de la porte du susdit enfoncemant sera cadeté ou bardé et les bards posés à chau et sable avec les degrés nécessaires pour descendre dans la vielle sacristie, le tout conduit non pas en belouze, les costés et le haut de la porte sera crespi, enduit et blanchi fort propremant. Plus lesdits prix fachiers répareront ou remetront les bards qui sont à présant dans la susdite chapelle hors de niveau. Plus lesdits Blayn et Chanterel transporteront l'autel de pierre de taille qui se treuve à présant dans la chapelle à l'endroit de la sacristie de présant où l'on leur dira. Plus ils couvriront, lesdits prix fachiers, la susdite chapelle qui servira de nouvelle sacristie avec des tuilles à bon mortier à chau et sable, et auparavant ils arracheront profondémant les herbes qui se treuvent au dessus, sans otter les bards, et ensuite ils rampliront tous les entre deux ou fantes des bards avec du bon mortier et avant que de garnir les serrades il donnera deus coups de marteau tout autour à l'endroit où elle se treuvera tant contre la muraille du clocher que celle de l'esglize affin que le mortier puisse faire corps ou mieux s'attacher contre les susdites murailles et celles de la hauteur d'un demy pan tout autour au dessus des tuilles proche la serrade, de plus est de pacte que lesdits prix fachiers seront tenus de donner compte du prix des tuilles qui sont sur ladite chapelle qui se treuveront en estat d'estre de nouveau employées. Lesdits prix fachiers seront tenus de fournir tous les mattériaux nécessaires pour l'acomplissemant dudit ouvrage suivant les articles cy dessus esnoncés, le chapitre demeurant tenu de fournir les ferremants qu'il y faudra, auxquelles besognes cy dessus lesdits prix fachiers travailleront dès demain pour les avoir parachevées entre icy et la feste de la Pentecoste, soubs les paines cy après et toutes les susdites besognes seront faites pour le prix en bloc de cent cinq livres payables, quarante cinq livres que lesdits prix fachiers ont receues tout présantemant, réellemant et comptant en escus blancs et autres monnoyes au veu de moy dit notaire et témoins, des mains dudit Messire Teissier qui a dict que la somme par luy payée présantemant procède du prix des mattériaux de la chapelle de Saint Roc, qui estoit abandonnée, vandue à Jean Lillemand filz, en conséquance de l'ordonnance de Monseigneur l'archevesque qui sera incérée dans le présant, lesquels mattériaux sont esté vandus cent cinquante livres en tout, autres quarante cinq livres ladite besogne achevée et receue et pour le payemant des quinze livres restantes, lesdits Sieurs chanoines ont baillé, ceddé, remis, transporté et à perpétuité désamparé, avec promesse de faire avoir, jouir et tenir demeuré de toute esviction requise envers tous qu'il apartiendra, à paine de tous despans, domages et inthérests auxdits Blayn et Chanterel, stipulants le sol et assiete où estoit ladite chapelle de Saint Roc scituée aux faux bourgs, cartier du Castel, terroir de ceste ville, contenant environ trante deux cannes carrées en tout ou environ, confrontant du levant et bise maison et cour de l'hoirie d'Antoine Nautet, du midy Marie Barresse, vefve de Jacques Reboul, du couchant le grand chemin de Nostre Dame et autres confronts plus vrays sy point en y a, avec ses entrées, issues, droits et apartenances quelconques, avec les charges que ladite assiete ou servitude pourra estre tenue envers qui de droit, dont lesdits prix fachiers en jouiront d'abord que ledit Lillemand aura prins toutes lesdites ruines de ladite esglize, tant ce qui est sur la terre que ce qui est enterré. Lesdits prix fachiers fairont place nette des ruines des susdites besognes, lesquelles ruines leur apartiendront, estant de pache qu'à défaut que lesdites besognes ne soint achevées à ladite feste de la Pentecoste prochaine, lesdits prix fachiers auront quinze livres de moins, c'est à dire que des quarante cinq livres qui leur restent deubes, il ne leur en sera payé que trante livres et les quinze livres du surplus seront rabatues à défaut d'avoir faict au susdit terme les susdites besognes, lesquelles lesdits prix fachiers fairont bien et deubemant suivant l'acte et ladite somme qui reste deube, lesdits Srs chanoines, au nom du chapitre, les payeront au susdit terme à paine respectivemant entre les parties en cas d'inobservation de tout ce que dessus, de tous dépans, domages et inthérests. Teneurs des susdites ordonnances A Monseigneur, l'Illustrissime et Reverandissime archevesque d'Avignon, supplie humblemant l'adminis-trateur du vénérable chapitre de l'esglize Saint Martin de la ville de Saint Remy vous remonstre que faict environ cinquante ans, Dieu ayant afligé en ceste ville d'une peste, les habitants d'icelle auroint ramassé diverses aumosnes pour bastir une chapelle à l'honneur de Saint Roc, laquelle auroit demeuré imparfaite faute de moyens pour l'achever et on auroit mesme prins d'autres mesures en faisant un autel fort propre à l'honneur dudit Saint dans la chapelle de Nostre Dame de Pitié qui est de la dépandance dudit chapitre et parce que ledit bastimant demeure inutile et imparfaict, le supliant auroit eu recours au Conseil de la Communauté de ceste ville pour raporter d'icelle le consantemant de vendre le fonds et mattériaux de ladite chapelle pour estre employés en des réparations utiles et nécessaires pour ladite esglize dudit chapitre et parce que vostre Excellance peut, elle seule, faire la destination des charités des fidelles, qui demeure imparfaicte, le supliant a recours à vostre Excellance pour ordonner que ladite place et mattériaux seront vandus à la diligence du supliant et délivré au plus ofrant et dernier enchérisseur et que les deniers en provenant seront employés en réparations dans ladite esglize, suivant la destination qui en sera faicte par ledit chapitre. Le supliant priera pour la conservation et prospérité de vostre Excellance. Signé Tourrel, chanoine administrateur Veu la susdite requeste et délibération du Conseil de la maison de ville, portant consantemant de vendre lesdits mattériaux et place de ladite chapelle Saint Roch, consantons qu'elle soit vandue par les supliants au plus offrant et dernier enchérisseur et leur permetons d'employer l'argent qui en proviendra aux réparations qui seront estimées estre les plus nécessaires à l'utilité de l'esglize, nonobstant et signé Archevesque d'Avignon, donné à Saint Remy en cours de visite le vingt huict octobre mil six cens nonante trois, signé Cournillon, secrétaire A Monseigneur l'Illustrissime et Révérandissime archevesque d'Avignon, supplie humblemant l'administrateur du vénérable chapitre de l'esglize collégialle Saint Martin de la ville de Saint Remy vous remontre que la sacristie de ladite esglize se treuvant placée dans une chapelle où elle ne reçoit de jour que par les fenestres de l'esglize, elle ne peut estre aucunemant fermée, ce qui est cause que les calices, vases sacrés et ornemants sont exposés à estre volés ainsin qu'il est desjà arrivé despuis quelques années et parce que joignant ladite sacristie il y a une chapelle qui prand jour sur la rue, apartenant à feu Monsieur le Marquis de Bueil, pour laquelle chapelle convertir en sacristie on en avoit receu le pouvoir dudit Sieur Marquis, ainsin qu'il conste par deux lettres, une adressante audit chapitre et l'autre à Maitre Barrel, advocat en la Cour. Ce considéré, vous plairra, Monseigneur, ordonner que ladite chapelle sera convertie en sacristie et le supliant priera Dieu pour la santé et prospérité de vostre Excellance. Signé Tourrel, chanoine administrateur Veu la susdite requeste et les lettres de consantemant dudit feu Sieur Marquis de Bueil, ensamble la nécessité de ladite sacristie avons permis et permetons auxdits Messieurs du chapitre le transport des ornemants et autres choses nécessaires pour le service divin de la chapelle ou sacristie où il se treuve présantemant dans celle dudit Sieur Marquis de Bueil et voulons qu'à l'advenir ladite sacristie soit dans ladite chapelle en faisant toutefois par ledit chapitre un service annuel et perpétuel pour l'ame dudit feu Sieur Marquis conformémant à son intention ainsin qu'il en apert par les susdites lettres, nonobstant et signé l'Archevesque d'Avignon, donné à Saint Remy en cours de visite le vingt huictiesme octobre mil six cens nonante trois, signé Cournillon, secrétaire à l'original. L'une et l'autre des susdites ordonnances, en original, exibées par ledit Messire Dallen, administrateur, qui les a à l'instant rettirées. Et pour l'observation de ce dessus, lesdites parties, chascune en ce qui les concerne, ont obligé et soubmis, scavoir, lesdits Sieurs chanoines, les biens, rantes et revenus du chapitre et lesdits Blayn et Chanterel, en la susdite qualité solidere, tous leurs biens meubles, immeubles, présant et advenir aux Cours des Submission de Provence et autres nécessaires. Ainsin l'ont promis et renoncé à tous droits contraires, requérant acte. Faict et publié audit Saint Remy, dans mon étude, présants Charles Nicolly, Me cordonier et Antoine Bourges, habitants de ceste ville, témoins requis et signés, avec lesdites parties et moy dit notaire, fort ledit Chanterel qui a dict estre illitéré. Et après que le présant a esté publié, les parties ont convenu que tous les tuilles qui se treuveront de service seront au propre desdits prix fachiers sans en compte, nonobstant ce qui est cy dessus dict qui sera de nul effect. Dallen, chanoine Teissier, chanoine Blain Nicoly Bourges Bertrand, notaire
Note N° : 523
Descripteur connexe de cette note : [testaments,201]
Descripteur connexe de cette note : [Réal,148]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
11-10-1655, Jean Bertrand, f°501 v° N°523 Testement de Jacques Reboul ... estably en personne Jacques Reboul, Me cardeur à laine de ladite ville, lequel ... a légué ..... à Jeanne et Magdeleine Reboul, ses filles, et de Marie Barresse, sa femme ..... à Dauphine Réalle, sa mère ..... héritière : Marie Barresse, sa bien aimée femme .....
Note N° : 524
Descripteur connexe de cette note : [testaments,201]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
18-11-1663, Jean Bertrand, f°519 r° N°524 Testament de Jacques Reboul, cardeur ... estably en sa personne, Jacques Reboul, cardeur de ladite ville, lequel ... a légué ..... à Jean, Jeanne, Magdeleine, Artaude Reboul, ses filz et fille ..... héritière universelle, Marie Barresse, sa bien aymée femme .....
Note N° : 531
Descripteur connexe de cette note : [mariages,200]
Descripteur connexe de cette note : [Réal,148]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
04-10-1646, Paul Bertrand, f°592 v° N°531 Mariage entre Jacques Reboul et Marie Barresse ... entre discret jeusne homme Jacques Reboul, cardeur de ladite ville, filz légitime et naturel de feu Gabriel Reboul, sergent royal, et Dauphine Réalle, au tems dudit Reboul, mariés de ceste ville, d'une part, et honneste fille Marie Barresse, fille légitime et naturelle de feu Jean Barres et Isabeau Bourgue, vivente, aussj mariés dudit Saint Remy, d'autre .....