Il y a 11 notes dans les archives du XVII ème Siècle.


Le critère de recherche était: [Chapelle Saint Roch des Faubourgs]

Note(s)
Note N° : 519
Descripteur connexe de cette note : [Cabassud,224]
Descripteur connexe de cette note : [Nautet,308]
Descripteur connexe de cette note : [glacières,309]
Descripteur connexe de cette note : [Expilly,203]
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
Descripteur connexe de cette note : [Rouget, Rougier,161]
Descripteur connexe de cette note : [Barres, Barresse,781]
17-09-1696, Paul Bertrand, f°398 r° N°519 Prix fait des glacières pour Sieur Joseph Expilly contre Antoine Blain L'an mil six cens quatre vingt seize et le dix sept du mois de septambre, avant midy, par devant moy, notaire royal de la ville de Saint Remy, soubzigné et témoins bas nommés, estably en sa personne Antoine Blain, Me masson de cette ville, lequel de son gré, pour luy et les siens, a vendu, ceddé, remis, transporté avec promesse de faire avoir jouir et tenir envers tous qu'il appartiendra, à paine de tous despans domages et inthérest, à Joseph Expilly, bourgeois de cette ville, présant, stipulant et acceptant, le sol et assiette où estoit jadis la chapelle de Saint Roch, située aux faux bourgs de cette ville et cartier du Castel, contenant environ trante deux cannes, plus ou moins, confrontant du levant et bize, maison et cour de l'hoirie d'Antoine Nautet, du midy, Marie Baresse, vefve de Jacques Reboul, du couchant, le chemin de Nostre Dame de Pitié et autres confrons sy point en y a, avec ses entrées, issues, droitcs et appartenances quelconques, avec les charges et servitudes que ladite assiette pourra estre tenue, laquelle place ledit Blayn l'acquise de Messieurs du chapittre Saint Martin de cette ville par acte, rière moy, du vingt trois mars mil six cens nonante cinq ; faisant, ledit Blayn, la présante vante pour et moyenant le prix et somme de quinze livres que ledit Blayn a receues dudit Expilly tout présantemant, réellemant et comptant en escus blancs et autre monnoye après deube numération, au veu de moy, dit notaire et tesmoins, dont quitte, dans laquelle assiette ou sol ledit Blayn promet audit Expilly, stipulant de luy bastir et construire une glacière de dix huict pans de large en carré dans oeuvre et au plus haut, et le bas aura quatorze pans de large. Les murailles de laquelle glacière seront de pierre de pastouire à bon mortier à chaud et sable, auxquelles murailles ledit Blayn donnera toute l'espesseur nécessaire pour supporter la voute dont sera cy après parlé et pour la bonté de laditte glacière;à travers du dedans de laquelle glacière, sera faict une muraille de séparation de deux pans et demy d'espesseur, aussy pierre de pastouire à chaud et sable, et aura ladite glacière quatorze pans de profondeur jusques à res de terre et dessus le terrain, les murailles de ladite glacière seront eslevées de dix pans au dessoubz de la clef de la voute. Laquelle glacière sera vouttée de pierre de taille, les vousson d'un demy buget en tonne, et ledit Blayn couvrira ladite voutte avec des bards en escalier de sept à la queirade par le travers;pour la batisse et construction de laquelle glacière, ledit Blayn pourra se servir et y employer les pierres et mathériaux qui sont sur ladite assieette des restes de murailles de ladite églize qui apartient audit Blayn, comme achepteur d'icelles de Jean Lillemand. Les murailles de laquelle glacière, par le dehors et dedans, seront bien et deubemant crépies, vulgairemant dit rebouquées, laquelle glacière et tout ce qui dépend d'icelle, ledit Blayn faira le tout, bien et deubemant en père de famille et suivant l'ard, à paine de tous dépans, domages, inthérest. De plus et de pache entre les parties, que ledit Blayn pourra se servir des veilles murailles qui sont dans ladite assiette, sy elles sont bonnes, soit en y appuyant contre les murailles nouvelles qu'il faira deubemant raleusées, mesmes de faire suporter la susdite voutte qu'il faira sur les repatimans et reste desdites veilles murailles. Et tout le prix de la susdite glacière se fixe et est réglé pour et moyenant la somme de trois cens trante livres payables, scavoir, cent soixante deux livres tout présantemant, réellemant et comptant en escus blancs et autres monnoye, par ledit Blayn rettirées, au veu de moy, dit notaire, et témoins, apprès deube numération, cent vingt livres que ledit Expilly compance sur celle de deux cens quarante livres que ledit Blayn luy doibt, procédant du prix d'une maison vandue audit Blayn par Jacques Cabassud par acte de moy, dit notaire, du dix janvier nonante cinq, et par le moyen de la présante compansation, ledit Blayn ne restera plus débiteur dudit Expilly, qui est cessionnaire dudit Cabassud par acte, rière Me Rouget en sa datte, que de cent vingt livres, avec inthérest, conformémant à l'acte, pour lequel restant des sommes deubes par Blayn, aussy bien que de celles compancées, jusques à perfection du susdit ouvrage, ledit Expilly se rézerve son hipothèque, droicts et précaire qui subcisteront en leur entier. Et les soixante trois livres restantes de l'entier prix de ladite besougne, elles seront payées, ainsin que ledit Expilly les promet, ladite glacière faicte et parfaicte et receue. Comme encor est de pache, que moyenant la susdite somme de trois cens trante livres, outre les batisses susdittes, ledit Blayn faira le devant de ladite glacière, avec l'avancemant qu'il y est nécessaire, avec le brisvan d'icelle, pierre de taille. Et tous les mathériaux nécessaires pour la susdite batisse, outre et par dessus ceux qui sont sur les lieux et assiette susditte, ledit Blayn les fournira entièremant, comme encor, ledit Blayn faira mettre les portes de bois avec ses ferremans et serrures nécessaires pour fermer et claure ladicte glacière, laquelle, ledit Blayn aura faicte, parfaicte et parachevée entre icy et la fin de novambre prochain, à paine de tous dépans, domages et inthérest. Et, pour l'observation de ce dessus, lesdites parties ont obligé et submis, l'une envers l'autre, tous leurs biens meubles, immeubles présantz et advenir aux Cours des Submissions de Provence et autres nécessaires, ainsin l'ont promis, juré et renoncé à tous droicts contraires, requérant acte. Faict et publié audit Saint Remy, dans mon estude, présants Pierre Rougier, tailheur, et Joseph Nautet, habittants de ceste ville, tesmoins requis et signés avec lesdits Expilly, Blayn et moy dit nottaire. Et, apprès la publiquation du présant, avant que de signer, les parties ont convenu que ledit Blayn sera deschargé de faire les portes de bois et ferremans susdits, mais bien que ledit Sieur Expilly les faira. De plus convienent que ledit Blayn construira laditte glacière appuyée contre le reste de la muraille veille qui est du costé du levant, tirant au couchant et ledit Blayn n'a receu que lesdites cent soixante deux livres sullemant, y compris les quinze livres du prix du fonds et assiette susdite, nonobstant l'énonciation cy devant faicte et les soixante trois livres sont véritablemant deubes, confessant ledit Expilly, d'avoir esté payé dudit Blayn des douze livres de la pention quy debvoint escheoir à la Saint Michel prochain, quy ne subcistera plus que pour six livres à l'advenir. signé : Expilly, Blain, Pierre Rougier, Nautet et Bertrand, notaire
Note N° : 520
Descripteur connexe de cette note : [Nautet,308]
Descripteur connexe de cette note : [Barrel,313]
Descripteur connexe de cette note : [Dallen,162]
Descripteur connexe de cette note : [Teissier,465]
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
Descripteur connexe de cette note : [Chanterel,648]
Descripteur connexe de cette note : [Barres, Barresse,781]
23-03-1695, Paul Bertrand, f°128 v° N°520 Prix faict d'une nouvelle sacristie pour le Chapitre Saint Martin contre Antoine Blayn et Jean Baptiste Chanterel L'an mil six cens quatre vingt quinze et le vingt trois de mars, avant midy, par devant moy, notaire royal de la ville de Saint Remy soubzigné et témoins bas nommés, establys en leur personne Messire Guilhaume Dallen et Charles Teissier, pbretres et chanoines du vénérable chapitre de l'esglize collégialle Saint Martin de ceste ville de Saint Remy, ledit Messire Dallen l'un des Sieurs administrateurs dudit chapitre, l'un et l'autre députés par le chapitre pour la passassion du présant, par délibération capitulaire d'icelluy du (date en blanc) du courant lesquels, pour et au nom dudit chapitre, ont baillé à prix faict les réparations et besognes cy après qui sont pour la construction de la nouvelle sacristie à ladite esglize suivant les ordonances randues en visite par Monseigneur l'archevesque d'Avignon qui seront cy après enregistrées, à Antoine Blayn et Jean Baptiste Chanterel, maistres maçons de ceste ville, présants, stipulants et acceptants en la qualité solidere de l'un pour l'autre et le seul pour le tout, sans division d'action ny ordre de discution. Premièrement abatront, lesdits prix fachiers toutes les architectures qui se treuvent dans les fenestres de la chapelle soubz le tiltre Saint Charles, qui est dans ladite esglize joignant le presbitaire du costé de l'évangille et après il y sera faict un contre coeur au bas de quatre pans d'auteur d'un buget de plat et la dernière filade sera d'une demi graze d'un pan et demi de largeur et trois quarts de pan d'épaisseur si mieux ledit chapitre n'aime que l'apui desdites fenestres soit de deux pièces d'un pan d'épaisseur, le tout accompagnant ou fermant les susdits quatre pans de muraille d'une vive areste à lentour des embrazemants des susdites fenestres en dehors, les quatre pans du contre coeur comme aimeront du bas de l'embrazemant des fenestres en abattant le dedans qui se treuve à présant à ladite fenestre. Plus lesdits prix fachiers fairont un bassin piere de taille en auvalle à la forme du bénitier de Nostre Dame de Pitié pour servir de lavoir, d'un pan et demy de largeur dans oeuvre et à proportion sa longueur qu'il en fournira, fairont soubstenir dans la muraille du costé de la rue, et sur ledit bassin ils y fairont un pied d'estail d'un pan ou environ d'auteur pour y prouvoir reposer le coquemard avec une niche dans la muraille d'un pan et demy largeur percée en manière que l'eau aye son conduit dans la rue. Plus lesdits prix fachiers fermeront la porte ou arcade de l'entrée de la chapelle d'un buget de plat, lequel buget sera posé sur le plan du pavé de la chapelle acompagnant la susdite closture ou muraille d'une areste vive des embrazemants qui sont à la susdite arcade, de sorte que ceste muraille soit bien unie à celle de l'esglize du costé du maistre autel, et en dedans de ceste muraille il y sera faict une armoire de six pans ou environ largeur et de la hauteur qu'on luy dira, les montants de chasque costé seront tous de taille, et seront unis et liés avec la muraille de séparation d'un buget de plat par des pièces de pierre de taille de quatre pans largeur posées une filade une l'autre non, le bas de l'armoire sera d'un buget de plat posé de sa largeur de deux pans et demy pour servir de massif, et le haut de l'armoire sera fermé par une plate bande ... en archet en cinq ou sept pièces d'un queiron ou demy buget s'il ny a pas asses d'autheur pour y placer le queiron, avec un battan pour les portes d'un tiers de pan de largeur et profondeur et en bas faira un massif de la hauteur qu'on treuvera à propos. Plus, ils fairont une porte de quatre pans largeur dans oeuvre et de huict pans et demy hauteur, avec les battans en dedans et dehors de la susdite chapelle, d'un tiers de pan de largeur et profondeur dans l'épaisseur de la muraille qui la sépare avec la sacristie de présant le bas de la porte du susdit enfoncemant sera cadeté ou bardé et les bards posés à chau et sable avec les degrés nécessaires pour descendre dans la vielle sacristie, le tout conduit non pas en belouze, les costés et le haut de la porte sera crespi, enduit et blanchi fort propremant. Plus lesdits prix fachiers répareront ou remetront les bards qui sont à présant dans la susdite chapelle hors de niveau. Plus lesdits Blayn et Chanterel transporteront l'autel de pierre de taille qui se treuve à présant dans la chapelle à l'endroit de la sacristie de présant où l'on leur dira. Plus ils couvriront, lesdits prix fachiers, la susdite chapelle qui servira de nouvelle sacristie avec des tuilles à bon mortier à chau et sable, et auparavant ils arracheront profondémant les herbes qui se treuvent au dessus, sans otter les bards, et ensuite ils rampliront tous les entre deux ou fantes des bards avec du bon mortier et avant que de garnir les serrades il donnera deus coups de marteau tout autour à l'endroit où elle se treuvera tant contre la muraille du clocher que celle de l'esglize affin que le mortier puisse faire corps ou mieux s'attacher contre les susdites murailles et celles de la hauteur d'un demy pan tout autour au dessus des tuilles proche la serrade, de plus est de pacte que lesdits prix fachiers seront tenus de donner compte du prix des tuilles qui sont sur ladite chapelle qui se treuveront en estat d'estre de nouveau employées. Lesdits prix fachiers seront tenus de fournir tous les mattériaux nécessaires pour l'acomplissemant dudit ouvrage suivant les articles cy dessus esnoncés, le chapitre demeurant tenu de fournir les ferremants qu'il y faudra, auxquelles besognes cy dessus lesdits prix fachiers travailleront dès demain pour les avoir parachevées entre icy et la feste de la Pentecoste, soubs les paines cy après et toutes les susdites besognes seront faites pour le prix en bloc de cent cinq livres payables, quarante cinq livres que lesdits prix fachiers ont receues tout présantemant, réellemant et comptant en escus blancs et autres monnoyes au veu de moy dit notaire et témoins, des mains dudit Messire Teissier qui a dict que la somme par luy payée présantemant procède du prix des mattériaux de la chapelle de Saint Roc, qui estoit abandonnée, vandue à Jean Lillemand filz, en conséquance de l'ordonnance de Monseigneur l'archevesque qui sera incérée dans le présant, lesquels mattériaux sont esté vandus cent cinquante livres en tout, autres quarante cinq livres ladite besogne achevée et receue et pour le payemant des quinze livres restantes, lesdits Sieurs chanoines ont baillé, ceddé, remis, transporté et à perpétuité désamparé, avec promesse de faire avoir, jouir et tenir demeuré de toute esviction requise envers tous qu'il apartiendra, à paine de tous despans, domages et inthérests auxdits Blayn et Chanterel, stipulants le sol et assiete où estoit ladite chapelle de Saint Roc scituée aux faux bourgs, cartier du Castel, terroir de ceste ville, contenant environ trante deux cannes carrées en tout ou environ, confrontant du levant et bise maison et cour de l'hoirie d'Antoine Nautet, du midy Marie Barresse, vefve de Jacques Reboul, du couchant le grand chemin de Nostre Dame et autres confronts plus vrays sy point en y a, avec ses entrées, issues, droits et apartenances quelconques, avec les charges que ladite assiete ou servitude pourra estre tenue envers qui de droit, dont lesdits prix fachiers en jouiront d'abord que ledit Lillemand aura prins toutes lesdites ruines de ladite esglize, tant ce qui est sur la terre que ce qui est enterré. Lesdits prix fachiers fairont place nette des ruines des susdites besognes, lesquelles ruines leur apartiendront, estant de pache qu'à défaut que lesdites besognes ne soint achevées à ladite feste de la Pentecoste prochaine, lesdits prix fachiers auront quinze livres de moins, c'est à dire que des quarante cinq livres qui leur restent deubes, il ne leur en sera payé que trante livres et les quinze livres du surplus seront rabatues à défaut d'avoir faict au susdit terme les susdites besognes, lesquelles lesdits prix fachiers fairont bien et deubemant suivant l'acte et ladite somme qui reste deube, lesdits Srs chanoines, au nom du chapitre, les payeront au susdit terme à paine respectivemant entre les parties en cas d'inobservation de tout ce que dessus, de tous dépans, domages et inthérests. Teneurs des susdites ordonnances A Monseigneur, l'Illustrissime et Reverandissime archevesque d'Avignon, supplie humblemant l'adminis-trateur du vénérable chapitre de l'esglize Saint Martin de la ville de Saint Remy vous remonstre que faict environ cinquante ans, Dieu ayant afligé en ceste ville d'une peste, les habitants d'icelle auroint ramassé diverses aumosnes pour bastir une chapelle à l'honneur de Saint Roc, laquelle auroit demeuré imparfaite faute de moyens pour l'achever et on auroit mesme prins d'autres mesures en faisant un autel fort propre à l'honneur dudit Saint dans la chapelle de Nostre Dame de Pitié qui est de la dépandance dudit chapitre et parce que ledit bastimant demeure inutile et imparfaict, le supliant auroit eu recours au Conseil de la Communauté de ceste ville pour raporter d'icelle le consantemant de vendre le fonds et mattériaux de ladite chapelle pour estre employés en des réparations utiles et nécessaires pour ladite esglize dudit chapitre et parce que vostre Excellance peut, elle seule, faire la destination des charités des fidelles, qui demeure imparfaicte, le supliant a recours à vostre Excellance pour ordonner que ladite place et mattériaux seront vandus à la diligence du supliant et délivré au plus ofrant et dernier enchérisseur et que les deniers en provenant seront employés en réparations dans ladite esglize, suivant la destination qui en sera faicte par ledit chapitre. Le supliant priera pour la conservation et prospérité de vostre Excellance. Signé Tourrel, chanoine administrateur Veu la susdite requeste et délibération du Conseil de la maison de ville, portant consantemant de vendre lesdits mattériaux et place de ladite chapelle Saint Roch, consantons qu'elle soit vandue par les supliants au plus offrant et dernier enchérisseur et leur permetons d'employer l'argent qui en proviendra aux réparations qui seront estimées estre les plus nécessaires à l'utilité de l'esglize, nonobstant et signé Archevesque d'Avignon, donné à Saint Remy en cours de visite le vingt huict octobre mil six cens nonante trois, signé Cournillon, secrétaire A Monseigneur l'Illustrissime et Révérandissime archevesque d'Avignon, supplie humblemant l'administrateur du vénérable chapitre de l'esglize collégialle Saint Martin de la ville de Saint Remy vous remontre que la sacristie de ladite esglize se treuvant placée dans une chapelle où elle ne reçoit de jour que par les fenestres de l'esglize, elle ne peut estre aucunemant fermée, ce qui est cause que les calices, vases sacrés et ornemants sont exposés à estre volés ainsin qu'il est desjà arrivé despuis quelques années et parce que joignant ladite sacristie il y a une chapelle qui prand jour sur la rue, apartenant à feu Monsieur le Marquis de Bueil, pour laquelle chapelle convertir en sacristie on en avoit receu le pouvoir dudit Sieur Marquis, ainsin qu'il conste par deux lettres, une adressante audit chapitre et l'autre à Maitre Barrel, advocat en la Cour. Ce considéré, vous plairra, Monseigneur, ordonner que ladite chapelle sera convertie en sacristie et le supliant priera Dieu pour la santé et prospérité de vostre Excellance. Signé Tourrel, chanoine administrateur Veu la susdite requeste et les lettres de consantemant dudit feu Sieur Marquis de Bueil, ensamble la nécessité de ladite sacristie avons permis et permetons auxdits Messieurs du chapitre le transport des ornemants et autres choses nécessaires pour le service divin de la chapelle ou sacristie où il se treuve présantemant dans celle dudit Sieur Marquis de Bueil et voulons qu'à l'advenir ladite sacristie soit dans ladite chapelle en faisant toutefois par ledit chapitre un service annuel et perpétuel pour l'ame dudit feu Sieur Marquis conformémant à son intention ainsin qu'il en apert par les susdites lettres, nonobstant et signé l'Archevesque d'Avignon, donné à Saint Remy en cours de visite le vingt huictiesme octobre mil six cens nonante trois, signé Cournillon, secrétaire à l'original. L'une et l'autre des susdites ordonnances, en original, exibées par ledit Messire Dallen, administrateur, qui les a à l'instant rettirées. Et pour l'observation de ce dessus, lesdites parties, chascune en ce qui les concerne, ont obligé et soubmis, scavoir, lesdits Sieurs chanoines, les biens, rantes et revenus du chapitre et lesdits Blayn et Chanterel, en la susdite qualité solidere, tous leurs biens meubles, immeubles, présant et advenir aux Cours des Submission de Provence et autres nécessaires. Ainsin l'ont promis et renoncé à tous droits contraires, requérant acte. Faict et publié audit Saint Remy, dans mon étude, présants Charles Nicolly, Me cordonier et Antoine Bourges, habitants de ceste ville, témoins requis et signés, avec lesdites parties et moy dit notaire, fort ledit Chanterel qui a dict estre illitéré. Et après que le présant a esté publié, les parties ont convenu que tous les tuilles qui se treuveront de service seront au propre desdits prix fachiers sans en compte, nonobstant ce qui est cy dessus dict qui sera de nul effect. Dallen, chanoine Teissier, chanoine Blain Nicoly Bourges Bertrand, notaire
Note N° : 545
Descripteur connexe de cette note : [Nautet,308]
Descripteur connexe de cette note : [Gorgonier,361]
Descripteur connexe de cette note : [Rachet, Rachept,505]
Descripteur connexe de cette note : [Dutrège,216]
Descripteur connexe de cette note : [Dany,433]
Descripteur connexe de cette note : [Blanc,389]
Descripteur connexe de cette note : [Espinier, Espinet,524]
Descripteur connexe de cette note : [peste,328]
Descripteur connexe de cette note : [Barnouin,578]
Descripteur connexe de cette note : [Hugues,659]
Descripteur connexe de cette note : [Brun,375]
Descripteur connexe de cette note : [Petit,181]
06-12-1650, Jean Badinenc, f°795 r° N°545 Priffait de la chapelle Saint Roch Au nom de Dieu soit, l'an mil six centz cinquante et le sixiesme jour de décembre, avant midj, par devant moy, notaire royal, et tesmoins à la fin només, establis personelement les Sieurs François Rachet, docteur en médecine, le Sieur Jean Hugues, maitre chirurgien, et Piere Gorgonier, consulz modernes de la présente ville, directeurs et marguiller de la confrairie Saint Roch, en suite du voeu qu'ilz ont faict audict Saint, duquel appert dans la délibération du bureau de la santé de ceste ville et du conseil général d'jcelle du vingt sept octobre pour la deslivrance de la maladie contagieuse dont ladicte ville s'est treuvée attaincte, joinctz avec eulz Sieurs Jean Blanc, Antoine Nautet, François Dany et Jean Espinier comme autres directeurs lesquels de leur gré et bonne volonté ont doné et remis à prisfaict à Louys Brun, maitre masson dudict Saint Remy, et Michel Bernoin, maitre masson de l'Isle de Venisse, icy présentz et lesquels on offert, tous deux ensemble, et en la qualité de l'un pour l'autre et le seul pour le tout sans division d'action ne ordre de discution, ont promis et prometent auxdicts Sieurs consulz et autres directeurs, stipulantz et acceptantz faire et construire une chapelle à l'honeur de Saint Roch dans un coin de tere que ledict Sieur Rachet premier consul ha proche des fossés de ceste ville au quartier dict du Chasteau, où ledict Sieur Rachet par sa pieuse libéralité et afin que le voeu soye d'autan mieulz accomplj, en a doné la place, dans laquelle bastiront, ediffieront et construiront ladicte chapelle à cinq canes de longeur et deux canes six pans de largeur le tout dans oeuvre fairont les fondementz de pastoir à chaux et sable de la profondeur et largeur nécessaire et suffisante, sur lesquels fondementz fairont les murailles de la largeur de quatre pans, aussj à chaux et sable, investie de cadete dedans et dehors, estant le mitan de pastoir, pareillement à chaux et sable, regnant sa pilastre apropriée suivant le desseing fairont auxdicts pilastres un chapiteau corintien enrichit de ses ornementz fairont encore un architrave frise et crouion enrichies de ses ornementz et regnent tout au partour de ladicte chapelle fairont la voulte du dessus de ladicte chapelle en impériale et le choeur ou presbitere à plat fonds enrichi suivant le desseing fairont un autel avec quatre colonnes, deux niches entre les deux colonnes avec une anonciation et tous les ornementz pourtéz par le desseing fairont la porte de ladicte chapelle en ordre dorique tout entier et au dessus un clocher pour y loger une cloche fairont le couvert à tuiles nies sur le voultage, fairont aussj au dessus ladicte pour un Saint Roch dans une niche bien deuement et à proportion et toutes leurs besougnes cy dessus seront toisées à parement. Que la piere de taille, et pastoir, chaux, sable et mesme tout le boys et tuiles nécessaires pour ladicte oeuvre seront fournis par lesdicts Sieurs consulz et directeurs, Que lesdicts Brun et Bernoin priffachiers seront tenus travailler incessament à ladicte oeuvre et l'avoyr faict et parachevée entre cy et la fin du moys de mars prochain, pourvu que les gelées et le mauvais temps ne les empeschent, moienent le prix pourté par la deslivrance qui leur en a esté faicte d'enchères publiques par devant Monsieur le juge royal et ordinaire de ladicte ville, y escrivant moy dict notaire, du vingt un novembre dernier, scavoir pour les murailles du fondement à raison de quatre livres la cane carrée et pour celle du dehors à neuf livres aussj la cane carrée. En déduction de laquelle oeuvre, lesdicts Brun et Bernoin ont présentement receu desdicts Sieurs consulz et par mains dudict Blanc et directeurs de la Communauté la somme de cent livres tournois desquelles ont d'autant quitté lesdicts Sieurs consulz et Communauté, et le surplus du prix de ladicte oeuvre se payera auxdicts priffachiers ainsj que lesdicts Sieurs consulz et autres directeurs susnomés prometent des deniers de ladicte Communauté ou de l'aumosne et libératités de bon gré de temps en temps suivant que ladicte oeuvre se treuvera advansée, le tout en paix et sans contredict. Pour lesquels priffachiers Louis Nautet, maitre cordonnier, icy constitué en persone s'est de son gré et bone volonté rendu plège caution et principal observateur des choses par eulz promises et a renoncé à la loy de principal comme avant autre plége, duquel plégement prometent le relever en bonne et deue forme. Pour l'observation de quoy et de ce dessus, lesdictes parties obligent et soubzmetent tous leurs biens présentz et futurs mesme lesdicts priffachiers et le plége en personne aux Cours de submission de Provence et autres auxquelles sera besoing recourir. Comme ainsi l'ont juré et requis acte. Faict et receu audict Saint Remy dans ma boutique, présents et requis Sieurs Daniel Dutrège bourgeois et Jacques Petit de ladicte ville. Signé qui a sceu escrire avec lesdictes parties, ledict Nautet plège illitéré Rachet, consul Hugues, consul Gorgonnier, consul Michel Bernoin L. Brun Blanc Nautet François Dany Espinier Dutrège
Note N° : 546
Descripteur connexe de cette note : [Nautet,308]
Descripteur connexe de cette note : [Drac,340]
Descripteur connexe de cette note : [Gorgonier,361]
Descripteur connexe de cette note : [Rachet, Rachept,505]
Descripteur connexe de cette note : [Mazet,383]
Descripteur connexe de cette note : [Brun,375]
Descripteur connexe de cette note : [Barnouin,578]
Descripteur connexe de cette note : [Hugues,659]
Descripteur connexe de cette note : [peste,328]
Descripteur connexe de cette note : [Sandry de,800]
23-12-1650, Jean Badinenc, f°804 r° N°546 Cession L'an mil six centz cinquante et le vingt trois de décembre, après midy, pardevant moy notaire royal et tesmoins à la fin només Establye personelement Louys Brun masson de la présente ville de Saint Remy et Michel Bernoin masson de l'Isle de Venisse, lesquels tous deux ensemble et en la qualité de l'un pour l'autre et le seul pour tous sans division d'action ni ordre de discution ont cédé, remis et délégué, cédent remètent et délèguent à Monsieur maitre Louys Drac docteur en médecine, juge royal et ordinaire de ladicte ville de Saint Remy présent stipulant et acceptant la somme de cinq centz livres à prendre, exiger et recouvrer sur les sommes que leur sont et seront deues pour raison de l'oeuvre et édiffice qu'ilz ont prins et se sont obligés fere de la chapelle Saint Roch par acte de moy dict notaire du sixiesme du courant eus par antériorité et presférance sur les premiers travaulx qu'ilz y ont jà faict et continuent de fere ... tous autres leurs créances quelz que soyent et ledict recouvrement se faira par ledict Sieur Drac juge des mains des Sieurs consulz communauté et autre à eulz oblige par le susdict acte et aux termes et conditions d'iceluy mettantz quant à ce ledict Sieur à leur mesme lieu, droict et action par touchement de mains avec promesse luy demeurer de bon debt et de toute autre estinction de droict requis mesme de n'en avoyr faict autre cession que la présente Laquelle a esté faicte moyenent semblable somme de cinq centz livres que lesdicts Brun et Bernoin ont confessé avoyr heu et receu dudict Sieur Drac juge réellement et comptant en monoye ayant cours au présent pays d'une numération intervenue. Et ce pour employer au payement de personnes quy les assistent et mesme pour leurs assistants particuliers pour faire et pourvoir à la perfection de ladicte oeuvre, de laquelle somme de cinq centz livres lesdicts Sieurs Brun et Bernoin se tienent contentz et satisfaictz en quittent ledict Sieur Drac juge et prometent luy en fere jamais demande. Pour l'observation de quoy et .......... le contenu au présent acte lesdicts Sieurs Brun et Bernoin tous deux ensemble et solidèrement l'un pour l'autre comme est jà dict obligent et soubzmetent leur persone et biens et par esprès tems que leur est et sera dub par raison de langueur suivant ledict acte de priffaict qu'ilz apportent et ...... audict Sieur Drac juge et prometent le tout tenir au nom d'iceluy par tiltre de précaire sans le pouvoyr alliénér, transporter, céder ny remetre qu'il ne soye préallablement payé de ladicte some de cinq centz livres, et sans que l'esprit de partage desroge à la générale n....... aux Cours de submission de Provence et autres auxquelles sera besoin agir et recourir. Comme ainsy l'ont juré et renoncé à tous droicts et stipulations contraires. De quoy ledict Sieur juge a requis acte. Faict et récité audict Saint Remy dans ma boutique, présents et requis le Sieur François de Sandry, Sieur de Clamesy et le Sieur Jean Mazet bourgeois de ladicte ville signés avec lesdictes partyes. Brun Drac Michel Bernoin de Clamesy Mazet Et moy Jean Badinenc, notaire royal de ladicte ville de Saint Remy, recepvant soubzsigné Badinenc en marge, f°805 r° Le mesme jour ladicte cession a esté inthimé à Messieurs les consulz modernes en la présence des Sieurs Jean Hugues et Piere Gorgonier deux des consulz et encore à Antoine Nautet l'un des directeurs de la confrèrie Saint Roch par moy notaire royal présents les tesmoins à la fin només à fin qu'ils n'ayent à payer à d'autre persone qu'à Monsieur le juge ........ la somme y contenue à peyne de payer deux fois et de souffrir tous despans domages et inthérets. Lesquels Sieurs consulz ont respondu que ledict Sieur juge icy sous cédant ne peuvent rien demander (que) que l'oeuvre ne soyt parfaicte d'autant que de ce qui est à fere cela se montera plus que dis de celle qui sont faicts ainsy qu'il seront .... par le priffaict quy en a esté doné offrantz néantmoins ainsy qu'il appert par le contract de doner quelquechose de temps en temps à la charge par ledict Sieur juge respondre et s'obliger de fere parachever ladicte oeuvre. Et ledict Sieur juge a dict qu'il n'est point tenu de (ce) que lesdits Sieurs consulz disent et que c'est à eulx de le fere et non point à luy de quoy il proteste et de se fere payer ......... ainsy et par ce qu'il appert et le Sieur Nautet que c'est le faict desdicts Sieurs consulz et non le sien. Faict et crié où que dessus présents lesd. Sieurs de Clamesy et Mazet signés avec lesdits Sieurs juge et consulz /(*) ... Sieur François Rachet docteur en médecine Hugues consul Rachet consul Drac Gorgonier consul
Note N° : 547
Descripteur connexe de cette note : [couvents : Saint Paul, observantins,237]
Descripteur connexe de cette note : [peste,328]
Descripteur connexe de cette note : [Perriat,164]
Descripteur connexe de cette note : [Rachet, Rachept,505]
Descripteur connexe de cette note : [Reboul,403]
20-09-1671, Conseil communauté, BB4, f°259 r° N°547 Conseil du 20 septembre 1671 Comme aussi représante ledict Sieur premier consul qu'en l'année mil six cens cinquante cette ville ajant estée affligée de la peste les Sieurs consuls d'alors dans la presse d'jcelle heurent recours à la divine bonté et faict veu d'ériger à quelque endroict proche la ville une chapelle à l'honneur de Saint Roch, ce qui ajant esté proposé à un conseil y feust dellibéré que ladicte chapelle seroit faicte au lieu plus proche et convenable qu'il seroit advisé.Lesdicts Sieurs se dénantirent voulant esfectuer ce voeu et suivre cette dellibération.Monsieur François Rachept docteur en médecine pour lors un d'iceux eymu de dévotion pour ce grand Saint auroit verballemant donné à la Communauté quelques contenances d'une terre qu'il possédoit au quartier du Château pour y dresser ladicte chapelle, en concéquance de quoy la Communauté auroit faict comancer cet édifice et demeuré néantmoingt imparfaict et à présant le R.P. Boisselly, gardien du Couvant des Observantins de cette ville a donné une requeste au Conseil dont la lecture sera faicte par le greffier pour le suplier de leur donner cette chapelle non achevée laquelle ils fairont achever à ses despans pour l'acomplissemant dudict voeu dans laquelle ils y cellebreront festes et dimanches la saincte messe et le jour de feste (du) glorieux Sainct annuellement diront une grand messe, diacres et soubsdiacres et ensuitte feroyent la procession pourvu que la Communauté leur acheptat et leur remit quatre cannes carrées d'une terre que Jacques Reboul possède joignant ladicte chapelle pour y faire construire un hospice pour la retraicte de quelques religieux affin d'avoir par là mieux le moyen d'inviter le publicq à une plus grande dévotion et de les confesser plus comodément qu'ilz ne peuvent faire estant leur couvant beaucoup esloigné de la ville, d'ailheurs qu'ilz peuvent adcister avec plus de facilités les malades de la ville dans leurs nécessités ayant ladicte chapelle et oultre ce promettent de se demettre de la maison qu'ilz ont en cette ville prisagée six florins desquels la Communauté les descharge annuellement et d'en achepter jamays ny luy ny ses successeurs avenir dans la ville de quoy en donne advis au Conseil. Sur quoy après avoir entendu la lecture de ladicte requeste et considérant que l'offre dudict R.P. comme bien advantageuse et utille au publicq s'agissant mesme de l'acomplissemant d'un voeu qu'avoit demeuré imparfaict jusques à présant,le Conseil unanimement,à la réserve dudict Sieur Perriat,a dellibéré soubz les conditions susdictes qu'on justifiera sy la Communauté s'est chargée de descharger lesdicts R.P. Observantins de six florins de prisage annuellement et ce faict donner pouvoir auxdicts Sieurs consuls au nom de la Communauté d'achepter lesdictes quatre cannes terre carrées dudict Reboul et à ce subject feront tout ce qu'il sera nécessaire pour raison de ce et en cas de reffus dudict Reboul on le fera assigner pour avoir la désemparation de ladicte contenance de terre. Nota : Acte relaté par le Dr Edgar LEROY dans "Le Couvent des Observantins de Saint Paul de Mausole".Etudes Franciscaines, N°12, Juin 1954, p.91-92.
Note N° : 877
Descripteur connexe de cette note : [Teissier,465]
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
Descripteur connexe de cette note : [Chanterel,648]
05-05-1695, Paul Bertrand, f°190 v° N°877 Quittance pour le chapitre Saint Martin contre Antoine Blayn et Jean Baptiste Chanterel L'an mil six cens quatre vingt quinze et le cinq de may, avant midy par devant moy notaire royal de la ville de Saint Remy, soubzigné et témoins bas nommés, establys en leur personne Antoine Blayn et Jean-Baptiste Chanterel, Me maçons de ceste ville, lesquels de leur gré ont confessé d'avoir heu et receu avant cest acte, de Messieurs du vénérable chapitre de l'esglize collégialle Saint Martin de ceste ville et par les mains et argent de Messire Charles Teissier, pbretre et chanoine dudit chapitre présant, stipulant et acceptant la somme de cinquante six livres à eux deube par ledit chapitre, scavoir, quarante cinq livres pour le reste du prix de la nouvelle sacristie à eux donnée à prix faict le vingt trois mars dernier, rière moy notaire et onze livres pour un augmant de travail et besogne par eux faict qui est d'avoir fermé une des fenestres de ladite sacristie d'un queiron d'haut en bas, faict une petite armoire et fourny trois eymines plastre pour unir le dessus de la porte, lesquelles besognes n'estoint pas dans ledit prix faict. Desquelles cinquante six livres, lesdits Blayn et Chanterel, contants, quittent ledit chapitre et ledit Messire Teissier, au nom dudit chapitre, déclare que lesdits prix fachiers ont satisfaict à leur acte de prix faict susdatté et lesdites parties consantent respectivemant au barremant et l'annulation d'icelluy. Et ledit Chanterel, considérant que l'assiete et sol de l'anciene chapelle de Saint Roc que ledit chapitre leur a désemparé par le susdit prix faict estoit indivisible, a esté convenu entre lesdits Blayn et Chanterel, leur mutuelle et réciproque stipulation et acceptation intervenant, que ledit Blayn gardera seul toute ladite assiete de ladite chapelle Saint Roc, confrontée et désignée dans ledit acte de prix faict susdatté et ledit Chanterel confesse d'avoir receu dudit Blayn, avant cest acte, la moitié le comptant du prix d'icelle qui est de sept livres dix sous dont l'en quitte, et ledit Chanterel consant que ledit Blayn en jouisse seul de ladite assiette de ladite esglize de Saint Roc, prometant, ledit Chanterel, d'estre tenu, audit Blayn stipulant, de toute esviction venant de son chef pour ladite moitié, à paine de tous despans, domages et inthérests. Et pour l'observation de ce dessus, lesdites parties, chascune en ce qui la concerne, ont obligé et submis l'une envers l'autre, scavoir ledit Messire Teissier, les rantes et revenus du chapitre et lesdits Blayn et Chanterel leurs biens propres, meubles, immeubles présants et advenir aux Cours de Submissions de Provence et autres nécessaires. Ainsin l'ont promis et renoncé à tous droits contraires, requérant acte. Faict et publié audit Saint Remy, dans mon estude, présants Jean Barnouin, cardeur et Antoine Bourges habitants de ceste ville, témoins requis et signés avec lesdites parties et moy dit notaire, fort ledit Chanterel qui a dict estre illitéré. * et comme il reste à restablir l'autel de la chapelle Saint Charles à celle de Saint Remy, a esté convenu que lesdits prix fachiers le restabliront toutes les fois qu'ils y seront requis.
Note N° : 878
Descripteur connexe de cette note : [Teissier,465]
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
05-05-1695, Paul Bertrand, f°191 v° N°878 Quittance pour Jean Lillemand contre le chapitre Saint Martin L'an mil six cens quatre vingt quinze et le cinq de may, après midy par devant moy, notaire royal de la ville de Saint Remy, soubzigné et témoins bas nommés, estably en sa personne Messire Charles Teissier, pbretre et chanoine du vénérable chapitre de l'esglize collégialle Saint Martin de ceste ville de Saint Remy, pour et au nom dudit chapitre, duquel il a pouvoir et charge exprès, lequel Messire Teissier a confessé d'avoir heu et receu par cy devant et puis long temps de Jean Lillemand filz, mesnager de ceste ville, présant, stipulant et acceptant la somme de cent cinquante livres pour le prix de la ruine et mattériaux de l'esglize commancée puis longues années soubs le tiltre de Saint Roc, hors de ceste ville, aux faux bourgs d'icelle de la porte Nostre Dame, laquelle esglize estoit abandonnée, lesdites pierres et mattériaux délivrés audit Lillemand aux enchères publiques par devant Monsieur le maire et viguier perpétuel de ceste ville le (date en blanc) febvrier dernier, dont ledit Messire Teissier, contant desdites cent cinquante livres, quitte ledit Lillemand au nom du chapitre et promet de ne luy en faire jamais demande, de laquelle somme ledit Messire Teissier déclare d'en avoir jà employé cent une livres à l'acquitemant des réparations faictes par Antoine Blayn et Jean Baptiste Chanterel, maçons, pour la nouvelle sacristie, par acte rière moy notaire du vingt trois mars dernier et du jourd'huy et le restant sera employé aux autres réparations qui restent à faire pour la closture d'ycelle tant à la porte, ferremants, que fenestres et pour l'observation de ce dessus, ledit Messire Teissier, au nom du chapitre, a obligé et submis tous les biens, rantes et revenus du chapitre, présants et advenir aux Cours des Submissions de Provence et autres nécessaires. Ainsin l'a promis et renoncé à tous droits contraires, requérant acte. Faict et publié audit Saint Remy, dans mon étude, présants Jean Barnouin, cardeur, et Antoine Bourges habitant de ceste ville, témoins requis et signés avec ledit Messire Teissier et moy notaire, ledit Lillemand illitéré. Barnouin Bourges Teissier, chanoine
Note N° : 879
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
16-04-1695, Paul Bertrand, f°164 r° N°879 Prix faict pour faire une grange pour Jean Lillemand contre Antoine Blayn ... aux terres que ledit Lillemand possède en ce terroir, cartier de Laguet ... pour toute laquelle bastisse cy dessus, ledit Lillemand fournira tous les mattériaux nécessaires, tant pierre, chau que sable, ledit Blayn ne fournissant que sa main et le bois qu'il a pour servir d'estage, lesdits mattériaux randus sur le lieu. Toute laquelle bastisse ledit Blayn faira pour trois cens livres en argent de gré à gré et pour le payemant des vingt cinq restantes, ledit Blayn aura toutes les pierres de pastouire qui sont aux murailles de l'esglize commancée de Saint Roc, dont ledit Lillemand achepta la ruine, lesquelles pierres de pastouire ledit Lillemand laissera les murailles de ladite bastisse de l'esglize comme elles sont, sans les abattre .....
Note N° : 880
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
Descripteur connexe de cette note : [Icard,573]
17-12-1695, Paul Bertrand, nf° N°880 Quittance pour Jean Lillemand jeune contre Antoine Blayn, maçon L'an mil six cens quatre vingt quinze et le dix sept de décembre, après midy, par devant moy, notaire royal de la ville de Saint Remy soubzigné et témoins bas nommés, estably en sa personne Antoine Blayn, maistre maçon de ceste ville, lequel de son gré pour luy et les siens, a confessé d'avoir heu et receu, avant cest acte et en dernière fois, de Jean Lillemand filz, mesnager de ceste ville, présant, stipulant et acceptant, la somme de trois cens livres pour le prix des besognes données à prix faict audit Blayn par acte de moy, dit notaire, du seize avril, année courante nonante cinq, dont ledit Blayn, contant, quitte ledit Lillemand, et icelluy Lillemand déclare, en faveur dudit Blayn stipulant, que ledit Blayn a entiéremant satisfaict à tout ce qu'il estoit obligé par ledit acte de prix faict et l'en tient quitte et consantent respectivemant au barremant et l'annulation dudit acte de prix faict susdatté, sans que ni ait d'autres acquits cy devant faicts du présant inclus, estant toutefois de pacte entre les parties que les pierres de taille qui sont arrachées des murailles de la chapelle de Saint Roc, sera permis audit Lillemand de prendre le peu qu'il y en a dans quinze jours du jourd'huy comptables, sans en pouvoir, ledit Lillemand, arracher aucune de plus, et ledit temps passé, ledit Lillemand n'en pourra prendre aucune et le tout sera audit Blayn. Et pour l'observation de ce dessus, lesdites parties ont obligé et submis, l'une envers l'autre, tous leurs biens meubles, immeubles, présants et advenir aux Cours de Submissions de Provence et autres nécessaires. Ainsin l'ont promis, juré et renoncé à tous droits contraires, requérant acte. Faict et publié audit Saint Remy, dans mon estude, présants Estienne Icard, menuizier et Antoine Bourges, habitants de ceste ville, témoins requis et signés avec ledit Blayn et moy dit notaire, ledit Lillemand illitéré. Blayn Icard Bourges Bertrand, notaire
Note N° : 881
Descripteur connexe de cette note : [glacières,309]
Descripteur connexe de cette note : [Expilly,203]
Descripteur connexe de cette note : [Blain,194]
22-02-1697, Paul Bertrand, nf° N°881 Quittance respective entre Joseph Expilly et Antoine Blain .. estably en sa personne Joseph Expilly de cette ville, lequel de son gré a déclaré en faveur d'Antoine Blain, maçon de cette ville, présant et acceptant que ledit Blain a faict toutes les besougnes et ouvrages auxquels il estoit obligé par acte de prix faict de la glacière receu par moy, dit notaire, le dix sept septambre dernier, et qu'elles ont esté faictes conformémant à leurs conventions .....
Note N° : 882
Descripteur connexe de cette note : [Hôpital,295]
Descripteur connexe de cette note : [glacières,309]
Descripteur connexe de cette note : [Barrel,313]
Descripteur connexe de cette note : [Roy, Rey, Reine,372]
09-09-1697, AC, FF 24, liasse de 211 feuillets N°882 Archives communales de Saint Remy de Provence Extraict de verbal de deffant faict par Monsieur le Général Paiyan, commissaire pour les Sieurs Maire, consuls et Communauté de Saint Remy contre Maitre Joseph Barrel advocat en la Cour, le 9 7bre 1697. Et ce fait disons que si on veut agrandir ledit hospital, il nous paroist par la scituation du lieu que cet agrandissement ne peut estre fait que dans les fausses brayes des costés du levant et couchant à fin de conserver l'aspect du midy par derrière. Et tout de suite est la nouvelle porte ouverte aux murs de ladite ville par ledit Maistre Barrel de la hauteur et largeur cy devant descrite ayant au midy les fausses brayes et la propriété dite des fossés apartenant à la Chapelle des pénitens noirs que nous avons trouvée crusée aux costés du levant et du couchant et la terre transportée au milieu dudit terrain pour l'unir à celluy des fausses brayes qui font fasse à ladite nouvelle porte. Nous ayant appareu par quelques racines qu'il y pouvoit avoir eu quelques arbres, comme encores avons remarqué que depuis le coin dudit hospital jusques à la première tour, c'est le véritable aspect du midy et de ladite tour qui est vis à vis l'endroit où estoit autrefois la Chapelle de Saint Roc et à présant une glacière est encore à l'aspect du midy déclinant au levant. Les avant murs ou fausses brayes depuis ledit coin de l'hospital jusques à la porte dite de Nostre Dame contiennent cent quarante une cannes ainsi qu'il a esté énoncé et décrit cy dessus par le mesurage de Rey arpenteur .....